Articles

Au delà du référentiel #53 : Don d'organes, le parcours du combattant

La greffe d’organes et de tissus a pris une place considérable dans les possibilités thérapeutiques de la médecine contemporaine. L’essor de cette activité trouve son origine dans l’amélioration des techniques chirurgicales, des traitements immunosuppresseurs et des techniques de préservation des organes.

La procédure de don d’organe implique une grande réactivité des professionnels des urgences.
Crédit photo : Nicolas Beaumont

Texte par le Dr Florence Vachiery-Lahaye

 

L'ancrage de la culture du don pour la greffe et la reconnaissance des professionnels impliqués dans l’activité, sont les clés de la réussite de l’activité au niveau national. Le frein principal au développement de cette médecine de pointe est la pénurie de greffons. 

 

États des lieux

Chaque année, environ 21 000 personnes sont en attente d’organes. Seul un patient sur quatre pourra bénéficier d’une greffe. Ultime thérapeutique proposée au patient en insuffisance terminale d’organe, la transplantation est rendue possible dans la majorité des cas grâce au donneur décédé en état de mort encéphalique (DEME) ou après arrêt circulatoire (DDAC) survenu…

Article réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés. Vous pouvez cependant le lire pour 2€ sans vous abonner.

S'abonner S'identifier