Articles

Dossier #38 : Trauma System, la filière de choc

Une victime ayant subi un traumatisme violent menaçant son pronostic vital est considérée comme traumatisée grave. Sa survie dépend d’une chaine de soins structurée qui suppose une prise en charge la plus prompte possible avec l’intervention de nombreuses spécialités médicales et chirurgicales. Une organisation efficace implique un moyen d’évacuation sûr et rapide, une structure de soins adaptée et du personnel formé. Cette organisation, appelée « trauma system », repose sur un réseau de « trauma centers » : plateaux techniques qui concentrent l’ensemble des ressources humaines, médicales, et technologiques pour répondre efficacement à la pathologie. Objectif recherché : diriger le patient au bon endroit et dans les meilleurs délais.


ETAT DES LIEUX
La naissance d’un concept

 

L’anglicisme « Trauma center », largement utilisé en France, n’est pas un hasard. Car c’est bien aux Etats-Unis qu’est né le concept, qui s’est peu à peu propagé à l’international.

La mortalité des traumatisés graves chute de 25 à 35 % chez les patients admis dans une filière de soins reconnue comme trauma system.

Comme dans beaucoup de domaines médicaux, l’amélioration de la prise en charge des traumatisés graves s’appuie sur la médecine militaire et sur l’expérience acquise lors des conflits armés du XXe siècle. Dans les années 1960 aux Etats-Unis,…

Article réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés. Vous pouvez cependant le lire pour 2€ sans vous abonner.

S'abonner S'identifier