Articles

L'étude à la loupe #45 : quand le DAE d'administre pas de chocs

Que deviennent les arrêts cardiaques extra-hospitaliers (ACEH) quand le défibrillateur ne conseille pas d’administration de choc électrique externe ?


Le taux de témoins réalisant un massage cardiaque a considérablement augmenté en dix ans

Études dans le monde

Dans la littérature, relativement peu d’études traitent de la survie des arrêts cardiaques pour lesquels aucune indication de choc électrique n’est retenue par le défibrillateur automatisé externe. Dans une méta-analyse réalisée sur 79 études impliquant 142 740 patients, le taux de survie n’a que très peu progressé au cours du temps dans le monde, avec une survie globale de l’arrêt cardiaque de 7,6 %. Ce taux n’a pas changé de façon significative depuis près de trois décennies.1 Dans une étude comparant les arrêts cardiaques non choqués sur dix ans…

Article réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés. Vous pouvez cependant le lire pour 2€ sans vous abonner.

S'abonner S'identifier