Articles

Focus #40 : Sécurité civile, Nîmes vise la pôle position

Créée en 2015, l’agence de développement économique Openîmes aspire à fonder un écosystème entièrement dédié à la sécurité civile et au monde de l’urgence. Ce pôle national à vocation européenne conjugue recherche et développement, formation, et échanges internationaux.

Le SECOAS : simulateur d'entrainement à la coordination des opérations aériennes de l'Entente-Valabre.
Crédit photo : Openîmes Métropole - Agence de développement économique

Devenir le prochain eldorado de la sécurité civile en Europe. C’est l’objectif de la métropole de Nîmes et de son agence Openîmes. « Auparavant, le département du Gard (30) n’avait pas de domaine d’activité prédominant. Nous avons choisi de positionner notre projet autour de deux filières d’excellence : la sécurité civile aérienne, et la médecine d’urgence et de catastrophe », souligne Frédéric Escojido, directeur de l’agence. Il faut dire que le territoire dispose de nombreux atouts avec d’abord la présence conjointe du Groupement d’hélicoptères de la sécurité civile (GHSC), implanté à Nîmes depuis vingt ans, et de la Base avions de la sécurité civile (BASC) inaugurée en mars dernier. De fait, la totalité des moyens aériens de la sécurité civile se trouvent réunis au sein de la base nationale de Nîmes-Garons. En matière de santé, la métropole nîmoise est aussi à la pointe avec des sociétés spécialisées sur le secteur des biotechnologies, sans oublier l’implantation de son Centre hospitalier universitaire (CHU) qui, en partenariat avec la faculté de médecine de Montpellier-Nîmes, a ouvert en juin dernier un centre pluridisciplinaire de simulation médicale.

 

UN POLE A VOCATION EUROPEENNE

En cours de construction, le pôle national de sécurité civile a vocation à prendre une dimension européenne. Ce centre d’excellence européen est articulé autour de trois axes : recherche et développement, formation, et diffusion des bonnes pratiques. « En matière de recherche et développement, nous travaillons sur les nouvelles technologies aéronautiques, comme par exemple les drones appelés à devenir des équipements incontournables dans la réalisation des missions de secours et de lutte contre les feux de forêts. Dans cette optique, le Centre d’essais et de recherche de l’Entente Valabre (CEREN) permet de procéder à des tests et d’élaborer les programmes de recherche pour la mise au point et l’optimisation de produits et de systèmes utilisés dans le domaine de la sécurité civile aérienne », relève Xavier Lefebvre, responsable de la filière « Risques et sécurité civile ». Actuellement en développement, le pôle formation comprend pour l’heure le Simulateur dédié à l’entrainement aux opérations aériennes de secours (SECOAS) de l’Entente Valabre. Huit plates-formes de simulation 3D sont en cours d’élaboration. Elles permettront de former les opérationnels sur différents aéronefs (canadair, avions, drone…) en fonction des problématiques rencontrées lors de missions aériennes de protection civile (attaque d’incendie par canadair, atterrissage, appontage, hélitreuillage, etc.). « Le pôle de formation a notamment pour but de favoriser à l’avenir l’interopérabilité des moyens européens. En effet à l’heure actuelle, chaque pays a ses propres procédures d’intervention. A terme, l’objectif est de parvenir à uniformiser ces protocoles afin d’améliorer la coordination et la réactivité des forces aériennes européennes de sécurité civile. » L’harmonisation des protocoles pourrait-elle contribuer à la création d’une flotte européenne de sécurité civile ? Une flotte dont les promoteurs d’Openîmes espèrent qu’elle prendra ses bases à Nîmes-Garons à l’horizon 2018.

 

© Openîmes Métropole - Agence de développement économique

Canadair français en opération sur un feu de forêt à proximité d’habitations.

 

DEUX CONGRES INTERNATIONAUX

Pour faciliter la diffusion et le partage des bonnes pratiques en matière de lutte contre les feux forêts et de recherche et de sauvetage (SAR), tout un écosystème de sécurité civile va voir le jour autour du pôle. Entreprises et opérationnels seront ainsi réunis pour concevoir les produits et services de demain. Une mise en relation, des échanges et un travail commun qui seront dynamisés par l’organisation de deux congrès internationaux. Organisés respectivement sur deux jours les 16-17, et 19-20 octobre prochains, l’Aerial firefighting (AFF) et le Search and Rescue (SAR) réuniront industriels, entreprises et délégations étrangères opérationnelles. Alors que 400 experts sont attendus à l’AFF, le SAR devrait lui réunir près de 200 spécialistes du sauvetage par voie aérienne. Deux rendez-vous qui doivent concourir à l’envol du projet Openîmes.

Pascal François

 

La médecine de catastrophe à l’honneur

La seconde filière d’excellence développée par l’agence Openîmes s’articule autour de la santé, des dispositifs médicaux et de la médecine d’urgence. A ce titre, un pôle de médecine de catastrophe devrait voir le jour dans le courant de l’année 2018. « L’ESCRIM (Elément de sécurité civile rapide d’intervention médicale, ndlr) qui fait partie de nos partenaires sera associé à ce pôle organisé autour de la formation et de la simulation, annonce Xavier Lefebvre. Les équipes qui mettent en œuvre des hôpitaux de campagne pourront ainsi venir s’entraîner en réel, mais disposeront également d’un simulateur 3D qui leur permettra d’aborder l’aspect logistique inhérent au déploiement des structures médicales mobiles. »