Articles

Gris-Nez : un CROSS devenu SPOC

Une lettre circulaire de l'organisation maritime internationale (OMI) du 15 mai 2001 reconnaît le centre régional de surveillance et de sauvetage (CROSS) Gris-Nez comme point de contact recherche et sauvetage pour la France. Chef du service opérations du CROSS Gris-Nez, Celia Monamy éclaire la mission de ce CROSS, correspondant français pour les MRCC.

Un opérateur du CROSS
Crédit photo : Sylvain Ley / Secours Mag

Depuis le 1er juin 2001, Gris-Nez est le correspondant français ou National Sar Point of contact (SPOC) pour les Maritime rescue coordination center (MRCC) étrangers et autres organismes traitant des détresses (french mission control center - FMCC, INMARSAT). Au titre de correspondant pour les MRCC étrangers, Gris-Nez peut être sollicité pour des demandes de renseignements concernant des navires battant pavillon français en difficulté à l'étranger. 

 

La mission du SPOC Gris-Nez

En qualité de point focal de leur Etat, les SPOC assurent notamment un point de contact unique entre le dispositif Search and rescue (SAR) national et les dispositifs SAR des autres Etats.

L'Admiralty pose d'ailleurs clairement ce rôle de Gris-Nez (chapitre Distress, search and rescue) : "MRCC has been designated as the initial point of contact for foreign SAR authorities for any question concerning operationnal aspects of maritime SAR and when France is involved in an incident where a particular french MRCC is not clearly competent to deal with it. MRCC Gris-Nez has also been designated as the MRCC associated to the FMCC ans the INMARSAT LESs".

La dernière version du manuel IAMSAR définit le SPOC comme suit : "a point of contact for SAR, designated by the national administration, that is responsible for receiving distress alert information and providing the information to appropriate SAR authorities".

 

Pour quels enjeux ?

Les enjeux auxquels le SPOC Gris-nez est confronté sont multiples :

- assurer de manière performante son rôle de point de contact national SAR et de point focal pour les alertes sûreté COSPAS-SARSAT et INMARSAT en France,

- développer une vision internationale de nos savoir-faire afin de garantir un service de qualité à l'usager : assister au mieux les Français et navires français en mer, contribuer à la construction d'un réseau des SPOC et prévenir les risques inhérents à certaines activités maritimes (grandes courses au large françaises et navigation de plaisance à l'international, compagnies pétrolières exploitant des installations offshore en Afrique).

Les usages maritimes français se retrouvent en effet sur tous les océans du globe : officiers français de la marine marchande, navires sous pavillon français (pêche, commerce), grandes courses au large françaises, navigation de plaisance française, activité pétrolière offshore, notamment.

 

Rôle à l’international

Les opérations internationales se focalisent sur deux points essentiels : rassembler, parfois pendant plusieurs heures, les premiers éléments de l'alerte, puis assurer l'envoi de moyens sur zone ou la prise en charge à quai (par le MRCC compétent ou par le SPOC Gris-Nez lui-même si aucun MRCC n'est en capacité de reprendre l'alerte).

Pour mener à bien sa mission, le SPOC Gris-Nez a noué des liens opérationnels forts avec les MRCC étrangers et possède un panel de correspondants et d'outils variés pour déployer rapidement un dispositif : polling Iridium ou INMARSAT, envoi de messages Safetynet, sollicitation de moyens OTAN/Marine nationale, partenariat avec Bourbon et Total en Afrique, sollicitation de Météo France (dérive MOTHY), partenariat avec le ministère des affaires étrangères, etc.

Le SPOC Gris-Nez travaille de manière complémentaire avec le MRCC compétent qui assure la coordination de l'opération - celui de la position de la détresse - ou continue de coordonner l'opération si aucun MRCC n'est en mesure de reprendre celle-ci.

Les sollicitations de Gris-Nez à l'international sont diverses et variées et vont de la préparation et du suivi de courses au large à la coopération technique avec le MRCC coordonnant l'opération (calculs de dérive, fourniture de données COSPAS-SARSAT, etc.), jusqu'au rôle de point de contact d'un MRCC étranger dans le cadre d'un accident majeur (crash du vol Egyptair en SRR Egypte, par exemple).

 

Direction d’un MRRC français : quelles responsabilités ?

La responsabilité administrative (civile) et pénale du directeur ou de l’officier coordonnateur de la mission de sauvetage d’un MRCC français, en situation de gestion d’intervention hors SRR française est exclusive et directe, au sens des dispositions internationales en vigueur (convention de Hambourg – chapitre 5, §5.5.2.3 / §5.13.2 et manuel IAMSAR, chapitre 8). Lui revient en particulier la décision d’arrêt ou de suspension des recherches.

Célia Monamy, chef du service opérations du CROSS Gris-Nez.