Articles

Histoire #45 : les naufragés du Mont-Blanc

En décembre 1956, deux alpinistes entreprennent l’ascension du Mont-Blanc. Leur course qui devait durer deux à trois jours se transforme en calvaire. Le mauvais temps et l’inorganisation des secours ne permettront pas de les ramener vivants. Retour sur un événement majeur qui a contribué à révolutionner le secours en montagne.


Texte : Yann Bellon

 

Ce devait être leur cadeau de Noël et un moyen de se faire remarquer pour participer à l’avenir à des expéditions nationales de l’Himalaya. Jean Vincendon et François Henry, âgés respectivement de 24 et 22 ans, rêvent d’atteindre le plus haut sommet d’Europe. Ils sont partis le 22 décembre 1956 pour rallier le Mont-Blanc par l’éperon de la Brenva. Le 24, ils décident de rebrousser chemin. Un voile de nuages à l’horizon les inquiète. Ils ont débuté leur descente lorsqu’ils rencontrent une deuxième cordée emmenée par le célèbre alpiniste italien, Walter Bonatti. Sa présence suffit à remotiver les deux jeunes gens qui décident de suivre le guide et son client…

Article réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés. Vous pouvez cependant le lire pour 2€ sans vous abonner.

S'abonner S'identifier