Articles

Les sauveteurs en mer à l'honneur

Les sauveteurs en mer de la Société nationale de sauvetage en mer (SNSM) sont mis à l'honneur à travers l'ouvrage réalisé par Gérard Piouffre, journaliste et historien de la mer, et Bernard Rubinstein, journaliste en presse nautique et navigateur. Un ouvrage qui retrace l'histoire de la SNSM, et fait découvrir au lecteur des portraits de tous ceux et toutes celles qui oeuvrent au quotidien pour porter secours à tous les usagers de la mer.

L'ouvrage met en avant les salariés et bénévoles de la SNSM
Crédit photo : Editions Ouest France

Il y a un an la Société nationale de sauvetage en mer (SNSM) fêtait son cinquantenaire. 2017 fut une année exceptionnelle pour la SNSM puisque dans le même temps le sauvetage en mer était déclaré Grande cause nationale. L’occasion de mettre en avant tous ses membres, salariés et bénévoles, et en particulier les sauveteurs embarqués et les nageurs sauveteurs qui oeuvrent tous les jours pour assurer les missions de secours en haute mer et sur les plages. Gérard Piouffre et Bernard Rubinstein — journaliste en presse nautique, navigateur et collectionneur d’objets en lien avec le sauvetage — leur rendent hommage à travers l’ouvrage intitulé « Sauveteurs en mer » qui dessine notamment les portraits de quelques uns de ces héros du quotidien. Un livre richement illustré qui retrace aussi l’histoire du sauvetage en mer : la création des premières sociétés de secours aux naufragés, les accidents et naufrages emblématiques qui ont contribué à faire évoluer l’organisation et les moyens de secours en mer, jusqu’à la création et la modernisation de la SNSM telle que nous la connaissons aujourd’hui.

 

Sauveteurs en mer, Gérard Piouffre et Bernard Rubinstein, Editions Ouest-France, 192 pages. Prix : 27,50 €.

 

 

"Un livre hommage"

 

Quelle est la genèse de l'ouvrage ?

Les éditions Ouest France m’ont contacté pour le cinquantenaire de la SNSM. L’objectif était de mettre en avant le sauvetage en mer de ses origines jusqu’à aujourd’hui. Il s’agit d’une longue histoire puisqu’elle commence officiellement le 31 juillet 1681 avec l’adoption de la grande ordonnance de la marine qui codifie le transport maritime et fournit plusieurs prescriptions concernant les « naufragés, bris et échouements ».

 

Quel était votre objectif à travers cet ouvrage ? 

Mettre en avant les sauveteurs de la SNSM, et en particulier les nageurs sauveteurs qui officient sur les plages. Le grand public les voit, mais les médias n’en parlent pas beaucoup. On ne le dira jamais assez : les sauveteurs de la SNSM sont des bénévoles passionnés et dévoués qui réalisent un travail formidable.

 

Vous avez vous même été secouru dans vos jeunes années... 

C’est exact. J’avais dix ans. J’ai été emporté au large par une baïne. Heureusement, un nageur sauveteur des Hospitaliers sauveteurs bretons (HSB) est venu à mon secours. Je n’ai pas forcément réalisé sur le moment que cet homme m’avait sauvé la vie. A l’époque, ce qui m’a paru le plus important est le fait qu’il ne m’ait pas dénoncé auprès de ma mère.