Articles

Les urgences en détresse vitale

Lors du dernier congrès Urgences – le rassemblement annuel des urgentistes, qui s’est tenu les 5, 6 et 7 juin derniers au Palais des Congrès (Paris) – la tension était à son comble. En plein mouvement de grève des personnels des services d’urgences, des réponses aux maux qui affectent depuis plusieurs années les conditions de travail de ces derniers étaient fermement attendues.

Crédit photo : Van Den Eynde

« Trop, c’est trop ! », entonne sans ménagement le Dr François Braun, face à la ministre de la Santé, Agnès Buzyn. Quelques mots qui résument assez clairement l’état d’esprit des personnels des services d’urgence hospitalière. Face à l’afflux de patients dirigés, ou qui se dirigent eux-mêmes, vers ces services, les conditions de travail se dégradent dangereusement. Le risque, transformé aujourd’hui en constat : une baisse significative de la qualité des soins, l’augmentation des « patients-brancards », qui entraîne une surmortalité prouvée, et une démotivation grandissante des professionnels de santé.

  

« Les appels [doivent être] décrochés…

Article réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés. Vous pouvez cependant le lire pour 2€ sans vous abonner.

S'abonner S'identifier