Articles

L'hôpital et le territoire

Publié chez SPH Editions, l'ouvrage "L'hôpital et le territoire" retrace les histoires de l'hôpital, de la santé, de la République, de l'Etat et de l'aménagement du territoire en France. A partir d'un essai de mise en perspective historique des fonctions hospitalières, Emmanuel Vigneron, professeur d'aménagement sanitaire, amène à comprendre les raisons d'une longue séparation entre l'hôpital et le territoire.

Couverture de l'ouvrage "L"hôpital et le territoire"
Crédit photo : SPH Editions

A la fin des années 90 et au début des années 2000, l’approche territoriale de la santé et du système hospitalo-médical connaît un regain d’intérêt en raison des contraintes économiques liées à la fin des Trentes Glorieuses. Dès lors un constat s’impose : la politique de santé ne peut plus faire l’impasse sur la dimension territoriale. Pour comprendre pourquoi l’hôpital et le territoire se sont si longtemps ignorés, et pour essayer de faire de leur union d’aujourd’hui une union durable et féconde, Emmanuel Vigneron retrace les histoires de l’hôpital, de la santé, de la République, de l’Etat en France, des régions, de la médecine, des idées, de la société, de la géographie et de l’aménagement du territoire en France. Essai de mise en perspective historique des fonctions hospitalières, « L’hôpital et le territoire » montre les écueils rencontrés et entend par là aider le futur à éviter les échecs du passé. 

Trois questions à Emmanuel Vigneron, professeur d'aménagement sanitaire à l'université de Montpellier et à l'institut des hautes études de l'aménagement des territoires (Ihedate Paris) 

 

"L'hôpital : un lieu de transformation"

 

Pourquoi les rapports entre hôpital et territoire ont-ils été longtemps si distendus en France ?

L’hôpital s’est fermé sur lui même pour notre plus grand bien. C’est la rançon du succès ! On paye les dividendes d’un bénéfice extraordinaire lié au fait que l’hôpital est devenu un lieu de transformation de la médecine au XIXe siècle et au XXe siècle. Au XIXe siècle, l’hôpital est un lieu clos dans lequel sont enfermés les patients miséreux. Pour les médecins, c’est un terrain d’observation des maladies externes ou de cadavres à partir desquels ils concevront leurs grands projets en lien avec les médicaments ou les actes de chirurgie.

 

Quelles ont été les évolutions de l’hôpital au XXe siècle ?

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, dès les années 50, la médecine progresse encore avec le développement des sciences telles que la biologie, la physique et la chimie. Cette nouvelle médecine qui repose sur l’investigation scientifique va aboutir à l’intégration dans l’hôpital de laboratoires de recherche, et à un auto-centrisme encore renforcé. 

 

Pourquoi l’hôpital s’est-il finalement ouvert sur son territoire ?

Il y a un facteur économique. La fin des Trente Glorieuses oblige à une gestion optimisée. Mais surtout les besoins de santé ont changé. Avec l’allongement de la durée de vie et l’apparition de maladies au long cours, le patient ne reste plus à l’hôpital. Il y entre mais il y sort aussi, et parfois dans la même journée ! C’est pourquoi l’hôpital a dû s’adapter et emprunter un virage ambulatoire qui l’a obligé à ouvrir les yeux sur le monde extérieur.