Articles

Marché #48 : Secours en montagne, sur la piste de la géolocalisation

L’actualité l’a encore montré : la montagne reste un milieu à part où les risques sont prégnants. En 2018, Emmanuel Cauchy - médecin urgentiste et guide de haute montagne - est victime d’une avalanche dans le massif des Aiguilles Rouges à Chamonix. Tendance ou simple coïncidence ? Les avalanches ont fait de nombreuses victimes en 2018. Dans le même temps, les acteurs du secours voient évoluer les risques du milieu montagne inhérents au réchauffement climatique. Si les protocoles d’intervention changent, les équipements ne sont pas en reste. Des détecteurs de victimes d’avalanches (DVA) et des systèmes Recco sont testés. Ils pourraient demain prendre la voie des airs pour gagner encore en efficacité. Sans oublier que les Pelotons de gendarmerie de haute montagne (PGHM) disposent depuis peu d’un nouveau dispositif de recherche, comprenant désormais la géolocalisation.

Le Recco SAR devrait être testé en France courant 2019.
Crédit photo : Recco

La montagne est-elle plus dangereuse que par le passé ? Question difficile à trancher tant les variables sont multiples. Une chose est sûre : les risques du milieu évoluent avec le réchauffement climatique. Un changement que les spécialistes du secours en montagne doivent intégrer. Et un sujet d’actualité qui fut notamment abordé lors de la convention de la Commission internationale du secours alpin (ICAR) qui s’est déroulée en octobre 2018. Quid des accidents en montagne ? Y a-t-il croissance en la matière ? Le Système national d’observation de la sécurité en montagne (SNOSM) dispose de statistiques répertoriant les différents types d’accidents classés en deux catégories : ceux se produisant sur l’ensemble des domaines skiables des stations de ski (qui génèrent…

Article réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés. Vous pouvez cependant le lire pour 2€ sans vous abonner.

S'abonner S'identifier