Articles

Marché #51 : Spéléo secours, progresser en souterrain

Agréé de sécurité civile depuis sa création en 1977, le Spéléo secours français (SSF) dispose d’une convention avec le ministre de l’Intérieur qui lui délègue le secours sous terre. Des interventions forcément hors norme en raison des contraintes inhérentes à l’environnement souterrain. Et qui peuvent s’étendre sur plusieurs heures, voire parfois plusieurs jours. Pour effectuer leurs missions, les bénévoles spéléologues disposent de tous les matériels propres à la spécialité : cordes, harnais, descendeurs, casques, éclairages, combinaisons… Sans oublier les équipements dévolus au secours qui sont, pour la plupart, conçus par les membres du SSF eux-mêmes : civière spéléo, civière flottante, civière plongée, moyens de protection hypothermique, et outils de communication spécifiques. Des matériels robustes capables de résister à la plongée dans les abîmes de la terre…

La civière Kiflot’ a été testée lors d’exercices.
Crédit photo : Tristan Godet/SSF

Gouffre Berger, département de l’Isère (38). Ce réseau de cavités qui descend jusqu’à 1 122 mètres est bien connu des spécialistes de la spéléologie. « Le gouffre Berger a été découvert en 1953. C’était à l’époque la première cavité au monde à atteindre la profondeur de 1 000 mètres. C’est l’équivalent du Mont-Blanc pour les spéléologues du monde entier », souligne Tristan Godet, président du Spéléo secours Isère (SSSI) et conseiller technique adjoint auprès du Préfet. Il est 22h lorsque ce 28 juin 2019, les services de secours reçoivent un appel : des proches d’un spéléologue descendu le matin même dans le gouffre s’inquiètent de ne pas avoir de nouvelles. Un dispositif de pré-alerte est mis en place : la préfecture et les services de secours spécialisés sont…

Article réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés. Vous pouvez cependant le lire pour 2€ sans vous abonner.

S'abonner S'identifier