Articles

PSC1 : une nouvelle convention pour plus de formations

Une nouvelle convention entre l'Agence du service civique et les associations agréées de sécurité civile va très prochainement être signée pour former le flux de volontaires en service civique au PSC1.


Ils étaient quelques 90 000 en 2016, et seront plus de 100 000 en 2017. Le constat est sans appel : les volontaires en service civique ne cessent de se multiplier et le dispositif est un succès. Population jeune, les VSC représentent une cible significative pour être formés aux gestes qui sauvent, notamment via l'obtention du PSC1 (Prévention et secours civiques de niveau 1). C'est avec cet objectif qu'une nouvelle convention est en passe d'être signée entre l'Agence du service civique (ASC)  et les plus grandes associations agréées de sécurité civile (Croix-Rouge Française, Ordre de Malte, Protection civile, Secouristes français Croix-Banche, Fédération française de sauvetage et de secourisme et Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France), représentées par le Conseil national de la protection civile (CNPC).

Dès la création du service civique en 2010, la volonté  de former les volontaires au PSC1 avait été clairement affichée. A cette époque, une première convention avait été signée entre l'ASC et la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France (FNSPF) pour former le flux de jeunes désireux de se lancer dans l'aventure du service civique. Mais face au succès de cette dernière, et au vu du nombre grandissant de volontaires chaque année, la FNSPF a eu du mal à assurer l'ensemble des formations. En 2016, seulement un tiers des VSC avaient été formés au PSC1. La convention initiale, qui courait jusqu'au 1er juillet 2017, a donc été revisitée, et signée avec les principales AASC en plus de la FNSPF. " Nous sommes passés par l'intermédiaire du CNPC, qui a été un très bon médiateur dans ce dossier et qui nous a facilité l'accès aux grandes associations de sécurité civile ", explique Mary Senkeo, chargée de mission au sein du pôle Développement et ingénierie de l'Agence du service civique. L'implication d'un plus grand nombre de structures formatives devrait ainsi permettre d'accueillir plus facilement l'ensemble des jeunes volontaires. L'Agence de service civique finance à hauteur de 60 euros la formation au PSC1 pour chaque VSC. "Un prix tout à fait raisonnable qui est dans la moyenne de ce qui se pratique actuellement ", annonce Joël Prieur, président de la commission secourisme du CNPC.

 

Une charge non négligeable pour les associations

Cependant, la charge administrative inhérente à cette convention représente une difficulté significative pour les associations constituées principalement de bénévoles. "Comme toujours, l'administration a mis en place un système assez complexe, reconnait une source proche du dossier. Il y a beaucoup de paperasse qui prend de court les associations ". Reste donc à trouver les moyens qui permettront d'automatiser les process. Ceci étant, cette nouvelle convention a été bien accueillie par les organismes signataires, puisqu'elle contribue largement à la politique publique visant à augmenter le niveau de secourisme de la population française. Les rouages administratifs devraient donc réussir à se dégripper rapidement afin que cette ambition salutaire de formation voit le jour très prochainement.