Articles

Publi-rédactionnel #56 : A Propos : l'intelligence collaborative au service des victimes dans le Calvados

En quelques mois, le SDIS du Calvados a fait évoluer la fiche bilan utilisée au cours de chaque intervention auprès d’une victime, d’un format papier à un format numérique. Cette transition a permis, outre de simplifier et rationnaliser l’archivage des fiches bilans, de réunir autour d’un même outil, l’ensemble des services intervenants auprès des victimes. Grâce au progiciel UrgSAP, développée par la société A Propos, les équipes des VSAV du SDIS, le CODIS, le SAMU et les services d’accueil des urgences partagent en temps réel les informations relatives aux bilans des victimes.

UrgSAP fluidifie la transmission des bilans, ici au CODIS.
Crédit photo : SDIS 14 / Gilles Hamelin

L'application est installée sur des tablettes numériques, facilement maniables et transportables, équipant chacun des 72 VSAV du SDIS. Les données figurant sur l’ordre de départ issues du SGA/SGO, notamment celles relatives à la localisation de l’intervention ou à la nature de celle-ci, sont automatiquement insérées dans la fiche pour éviter erreurs de saisies et pertes de temps. Le chef d’agrès réalise son bilan et peut l’enrichir d’autres éléments, tels des photographies de traumatismes, ordonnances... Il peut alors aussitôt le transmettre au médecin régulateur du SAMU, au CODIS et le cas échéant, au service d’accueil des urgences concerné.

 

© SDIS 14 / Gilles Hamelin

Sur-mesure à la demande du CHU pour le Covid-19.

 

 

Simplicité et adaptabilité

L’outil intègre également une bibliothèque de documents gérée par le SDIS, permettant ainsi à chaque utilisateur de disposer de bases de données opérationnelles actualisées. UrgSAP est un outil efficace, simple d’utilisation, fluidifiant les transmissions qui a permis d’accentuer l’intelligence collaborative autour de la prise en charge de la victime. Si l’annonce d’un futur passage au digital avait suscité quelques inter- rogations, tous les professionnels sont désormais conquis et recommandent cet outil à 100 %. « Pour l’heure, nous ne connaissons pas de dysfonctionnement du progiciel UrgSAP », indique Gilles Hamelin, officier de santé du SDIS 14. 

UrgSAP a par ailleurs contribué à la gestion de l’activité liée à la crise du Covid-19 dans le département. Le progiciel était opérationnel dans les 72 véhicules de secours du SDIS dès le mois de mars, et très vite l’outil a été reprogrammé pour répondre à l’urgence de la crise sanitaire. « Nous avons demandé au SDIS d’intégrer à la fiche bilan dématérialisée un questionnaire composé de quatre questions, explique le Dr Catherine Le Roux, chef des urgences du CHU de Caen. Si le patient répond positivement à l’une d’entre elles, il est considéré comme patient suspect du Covid-19.

En amont, et selon les réponses du questionnaire, le VSAV transportant le patient oriente donc sa prise en charge vers un service de soins courants ou vers un service dédié au coronavirus. Cette redirection permet de protéger le personnel soignant et les patients qui ne sont pas touchés par le virus. » Grâce à l’outil de paramétrage d’UrgSAP permettant du sur-mesure, le SDIS 14 s’est adapté en une demi-journée aux nécessités de la crise.