News

12 septembre : journée mondiale des premiers secours


Samedi 12 septembre, c’était la journée mondiale des premiers secours. Une journée pendant laquelle les associations agréées de sécurité civile, et au premier plan la Croix-rouge Française, se sont mobilisées pour former - souvent gratuitement - les citoyens aux gestes qui sauvent.

Crédit photo : (c) Sylvain Ley

Au-delà de ces formations, cette journée sert essentiellement à rappeler le rôle primordial joué par chaque citoyen dans la chaîne de survie d’une victime. Si les secouristes diplômés forment le dernier rempart pour tenter de sauver des vies, ce sont bien M. et Mme Toutlemonde qui constituent la première ligne.

Car n’oublions pas que dans certaines situations, notamment les accidents cardiaques, chaque minute compte et qu’un secouriste, même des mieux formés, ne peut rattraper le temps qui le sépare du lieu de l’intervention.
Ainsi, si les séquences en présentiel restent l’outil le plus efficace pour apprendre correctement les gestes qui sauvent, il existe aujourd’hui de très nombreuses formations - ou plutôt sensibilisation - virtuelles, souvent ludiques, qui permettent de connaître les bons réflexes à adopter face à une personne en détresse.
Sur smartphone ou sur ordinateur, ces programmes n’ont pas pour objectif de faire de leur utilisateur un sauveteur chevronné, mais seulement un citoyen conscient de son pouvoir de sauver des vies.
Savoir quel numéro d’urgence contacter, passer une alerte convenable, et réaliser quelques gestes faciles sont les premiers maillons de la chaine qui aboutit à la survie, plutôt qu’au décès, d’une personne en détresse.
Nombreuses sur le marché, il est généralement préférable de se référer à celles bénéficiant d’un label ou du soutien d’une grande institution de secours. Et pour celles et ceux qui resteraient sceptiques quant au fait de s’approcher d’une victime, par peur de faire « plus de mal que de bien », sachez que face à une personne en détresse, notamment cardiaque, le pire est encore de ne rien faire…