News

Accidents du travail dans les SDIS : quels sont les maux ?


Une étude dresse un état des lieux des accidents du travail qui se sont produits dans les services départementaux d'incendie et de secours (SDIS) en 2017. On y apprend notamment que la majorité des accidents se produisent en caserne et non en intervention.

Les accidents du travail ont plus lieu en caserne qu'en intervention
Crédit photo : Sylvain Ley / Secours Mag

Quelle a été l'accidentologie au sein des SDIS en 2017 ? Expert en assurance, en gestion des risques et conseil en qualité de vie et santé au travail auprès des acteurs territoriaux, Sofaxis a mené une étude sur les conditions d’exercice de l’activité professionnelle des sapeurs-pompiers. Ses principaux enseignements : 63 % des accidents du travail se produisent en caserne pour les sapeurs-pompiers professionnels (49 % pour les sapeurs-pompiers volontaires), contre 31 % lors d'une intervention (45 % pour les SPV). C'est la pratique sportive qui est la première cause d'accident en caserne (61 % chez les SPP et 49 % chez les SPV). La première cause des accidents sur intervention ? Les missions de secours à victimes (46 % pour les SPP, 50 % chez les SPV). Les lésions cutanées ou musculaires aux membres inférieurs, dues à des chutes ou glissades de plain-pied, sont les conséquences les plus nombreuses des accidents des sapeurs-pompiers en 2017. Enfin, la durée moyenne des arrêts de travail suite aux accidents s’établit à 39 jours pour les pompiers professionnels, 37 pour les pompiers volontaires. Qu'en est-il de la satisfaction des "soldats du feu" quant à leurs conditions de travail ? Les résultats sont contrastés. Un peu moins d’un quart d'entre eux dénoncent des conditions de travail insatisfaisantes, 40 % disent ressentir une satisfaction moyenne, tandis qu'ils sont 37 % à se déclarer globalement satisfaits.