News

Rapport sur la toxicité des fumées d’incendie : la DGSCGC se mobilise


Après avoir fait preuve de beaucoup de timidité sur le sujet des risques pour la santé des sapeurs-pompiers exposés aux fumées d’incendie, la Direction générale de la sécurité civile et de la gestion des crises s’empare aujourd’hui un peu plus sérieusement du problème.

Crédit photo : Sylvain Ley / Secours Mag

Lors de la divulgation du rapport de la CNRACL (Caisse nationale de retraite des agents des collectivités locales) en septembre dernier intitulé « impacts et prévention des risques relatifs aux fumées d’incendie pour les sapeurs-pompiers » (voir article de Secours Mag), la DGSCGC s’était engagée, notamment suite aux pressions syndicales, à s’investir réellement dans une démarche d’analyse et de prévention des risques.
Voilà qui est chose faite, ou du moins, qui amorce un premier pas vers une prise en considération sérieuse des conclusions de ce rapport et des études liées. Une note datée du 9 novembre et signée du directeur général de la DGSCGC, le préfet Jacques WITKOWSKI, circule désormais dans les mains de l’ensemble des directeurs de SDIS. Intitulée en objet : « Stratégie relative à la prise en compte des risques des fumées d’incendie pour la sécurité et la santé des sapeurs-pompiers », elle informe ces derniers des axes retenus et qui seront mis en place dans un futur plus ou moins proche.
On peut notamment y lire :
Axe 1 : réalisation d’une étude par l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS)
Axe 2 : diffusion d’une note d’information aux DDSIS et réalisation d’un guide de bonnes pratiques au cours du 1er semestre 2018
Axe 3: intégration progressive de ce risque dans la révision des doctrines opérationnelles et évolutions techniques.

De nombreux rappels sur les bonnes conduites à tenir, telles que la correcte utilisation des EPI, l’engagement du soutien sanitaire opérationnel ou la mise à jour du Document unique d’évaluation des risques professionnels font également partie de cette note.

Cette dernière semble donc amorcer une prise de conscience officielle de la France envers cette problématique sanitaire, à l’instar de ce qui a déjà été fait dans de nombreux pays étrangers.

Télécharger la note de la DGSCGC