News

Régulation médicale : Agnès Buzyn a reçu les propositions


Ce lundi 2 juillet les représentants des services d'urgence ont remis à la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, leurs propositions pour améliorer la qualité de la régulation médicale et la formation des Assistants de régulation médicale (ARM).

La feuille de route recommande d'améliorer la formation des ARM
Crédit photo : Sylvain Ley / Secours Mag

Suite au décès de Naomi Musenga, jeune femme qui avait sollicité en décembre 2017 le SAMU de Strasbourg (67) et dont la prise en charge avait été retardée, Agnès Buzyn avait reçu en mai des syndicats d'urgentistes. La ministre des Solidarités et de la Santé avait réclamé des propositions rapides pour "améliorer les Samu, harmoniser les procédures et développer une démarche qualité". Les propositions de Samu-Urgences de France (SUdF), de la Société française de médecine d'urgence (SFMU), et du Conseil national de l'urgence hospitalière (CNUH) ont été remises par l'intermédiaire d'une feuille de route à la ministre ce lundi 2 juillet.

 

Améliorer la formation des ARM et certifier les Samu Centre 15

La feuille de route s'articule autour de deux axes essentiels : améliorer la formation des ARM, et contrôler la qualité des plateformes de régulation médicale. La formation des ARM pourrait être uniformisée à l'échelle nationale et s'étendre sur une durée plus longue. Objectif : reconnaitre le métier d'ARM comme une profession de santé à part entière en intégrant une composante santé dans la formation qui "relève aujourd'hui du domaine de l'administratif", déplore le docteur François Braun, président de la SFMU. Autre préconisation des urgentistes : renforcer et homogénéiser les procédures de traitement des appels aux Samu-Centres 15 en les inscrivant dans une démarche qualité via la certification ISO 9001 (management de la qualité). Cette certification des Samu Centre 15 est prévue sur une échéance de 18 à 24 mois. Dans cette attente, il est proposé de réaliser un "référentiel d'accréditation régulation médicale". Rédigé par les urgentistes, ce référentiel validé par la Haute autorité de santé (HAS) permettra d'abord de définir les procédures au niveau national. Il servira de "base" aux processus d'accréditation.

La feuille de route recommande enfin de renforcer la coopération avec les pompiers. Le ministère des Solidarités et de la Santé a précisé que les travaux remis vont être instruits par ses services, en lien avec les recommandations que l'Inspection générale des affaires sociales (IGAS) formulera prochainement sur ce sujet de la régulation médicale.

 

Retrouvez l'interview de Patrice Beauvilain, Secrétaire général de l'Union nationale des assistants de régulation médicale (UNARM) ici.