News

Service des urgences : un député s'alarme


Député du nord, Alain Bruneel a passé une nuit, le vendredi 28 juin, au service des urgences de Douai. Une expérience que l'élu a mené incognito pour se faire sa propre idée sur l'état des urgences. Son constat ? La situation est dramatique.

Le député Alain Bruneel a constaté la situation dégradée des urgences
Crédit photo : Nicolas Beaumont / Secours Mag

Vendredi 28 juin, il est aux environs de 21h30 lorsque le député Alain Bruneel se présente aux urgences de Douai. L'élu prétend souffrir de maux de ventre. Après une prise en charge initiale rapide, le patient est installé sur un brancard dans un couloir avec 14 autres patients. Alors que les personnels présents annoncent 3h20 de délai avant de voir un médecin, le député du nord patiente finalement pendant plus de 5 heures, et rencontre un médecin à 3h30 du matin. "200 patients étaient passés avant moi et il en restait une cinquantaine à 3 heures du matin" explique M. Bruneel qui juge "la situation dramatique avec des personnels débordés. Les brancards s’entassent dans les couloirs puis en file indienne avant d’arriver devant les trois box" réservés aux consultations. Le député communiste appelle, Agnès Buzyn, la ministre de la Santé à "passer une nuit aux urgences, sans caméra ni collaborateur, cette expérience valant plus que tous les rapports écrits, passés et à venir”.  Pour rappel, un mouvement de grève a débuté dans différents services d'urgence parisiens depuis avril, et s'est propagé sur l'ensemble du territoire national. Une journée d'action est d'ailleurs prévue pour ce mardi 2 juillet. Les professionnels de santé sont notamment appelés à défiler à Paris. Selon le collectif Inter-Urgences, 154 services étaient en grève ce mardi.