Edito SecoursMag 46

PSE : la glycémie enfin libéralisée 
 

La question de la libéralisation de la glycémie capillaire aura fait couler beaucoup d’encre. Comme pour la mise en place du défibrillateur, il aura fallu des années de guerres intestines opposant les différentes corporations du secours et des soins d’urgence pour que les lignes bougent. Autant de débats pour parvenir à une évidence : fournir le meilleur outil aux secouristes professionnels ne dessert pas une quelconque corporation mais conduit, au contraire, à une fluidification de l’ensemble de la chaîne des secours.

Combien d’ambulances de réanimation aura-t-il donc fallu déplacer pour une simple hypoglycémie conduisant les victimes à l’inconscience quant une dose de sucre administrée au bon moment aurait pu éviter cette situation critique ? L’Académie nationale de médecine se prononçait dès 2010 pour la généralisation de la glycémie… Au risque de froisser certaines corporations et administrations, nous prenions nous-mêmes position dès mai 2012 (à relire dans Secouriste Magazine n°8, daté de mai / juin 2012)  en faveur de cette libéralisation.

Avec la parution des nouveaux référentiels PSE, cette amélioration sensible de la prise en charge – déjà appliquée dans de nombreuses structures sous la responsabilité des médecins référents – deviendra donc réalité partout en France dès le début de l’année prochaine. Quatre ans après la sortie des dernières recommandations scientifiques internationales de l’ILCOR et un an avant la sortie des prochaines, cette nouvelle réforme du secourisme voit donc le jour et apporte, au-delà de la question de la glycémie capillaire, de nombreuses améliorations.

Vous trouverez l’ensemble des nouvelles techniques secouristes détaillées dans notre dossier spécial PSE de 16 pages (lire pages 18 à 34) . Une bonne occasion en cette rentrée pour les découvrir et s’entraîner avant même les formations continues !

Nicolas Lefebvre