Edito SecoursMag 37

Des paroles aux actes

N’en doutons plus, les lignes bougent. Pour s’en apercevoir, il suffisait de tendre l’oreille lors des discours inauguraux du salon Secours Expo le jeudi 2 février dernier où, pour la troisième année consécutive, l’ensemble des corporations du secours, des soins d’urgence et de la prévention étaient réunies (lire notre compte-rendu complet des pages 15 à 46). Le ministre de l’Intérieur et la secrétaire d’Etat en charge de l’aide aux victimes ont, côte à côte, formé le voeu d’élever le niveau de la population en matière de résilience et de formation aux premiers secours. Que demander de plus ? Si ce n’est, peut-être, le passage des paroles aux actes...

La succession des grandes causes nationales dédiées aux comportements qui sauvent en 2016, puis au sauvetage en mer en 2017, met en exergue cette volonté – affichée – des pouvoirs publics. Une partie au moins de la classe politique semble donc prendre la mesure de l’impérieuse nécessité de porter haut et fort cette cause ô combien utile pour notre société. Pas seulement pour sauver des vies d’ailleurs ! Mais aussi pour toute la solidarité que ces activités, naturellement tournées vers les autres, impliquent.

Les plus machiavéliques penseront sans doute que « ces promesses n’engagent que ceux qui y croient », surtout à quelques semaines d’une fin de mandat… Il ne resterait alors qu’à se réfugier dans l’espoir d’une reprise de ces belles promesses par les candidats à l’élection présidentielle.

Or, comme en 2012, nous les avons sollicités ces candidats déclarés afin de leur permettre de se positionner sur les questions de l’organisation des secours et de la prévention. Malheureusement, l’absence de réponses d’une bonne partie d’entre eux nous a conduit à reporter cette parution. Ce silence traduit-il un manque d’intérêt pour ces problèmes vitaux ? Il nous confirme en tout cas qu’il reste beaucoup à faire pour convaincre.

Dans quelques jours, le Conseil national de la protection civile (CNPC) dévoilera des propositions concrètes à l’adresse des candidats. Il nous faudra alors plus que jamais demeurer soudés pour porter sur la place publique – en un temps record ! – la question des premiers secours de façon claire et cohérente.